Citrons et sucreries

02 avril 2017

Saumur Champigny

Dans la forêt distanciée des volutes septentrionales les alizés transportent, dans un défi romanesque, les turbulences agnostiques des analogies thermodynamiques. La mer, courroucée, sèche ses larmes de dédains aux confins des abysses alambiquées simplement relevées par une pointe de désir, de délire et la lyre du poète plongeur et farceur s'époumonne dans l'absence cruelle de déliquescence. Perchée sur un rocher abrasé par l'idée décalée qu'un pied de nez ne vaut pas la distance entre une main et un baiser, la sirène auréolée par un clair de lune dubitatif, s'apprête à plonger dans les fonds de jasmin, tapissés de romarin sans pour autant dénigrer l'élégance des parfums animés d'éclairs scintillants. Loin de tout cela un homme s'interroge. Trouvera-t-il la réponse avant que l'eclipse annoncée décale d'ici à là l'échelle des non valeurs reconnue pas les sages des bas étages de l'anaphase en extase devant l'hypothèse surannée que la moitié d'une idée ne constitue  pas le début d'une théorie vilipendée.Tu sais, tout cela m'inquiète, mais ne m'empêche pas de t'aimer !

Posté par Stan Alerion à 14:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


01 avril 2017

Avril, fil d'amour.

Et pourquoi je vous parlerais d'avril, ça m'horripile comme les couleurs de l'automne en automne.

Avril sur le grill

Ne te découvre pas d'un cil

Faute de style

Et un petit poisson, poison de l'humour comme toujours est l'abat-jour de l'amour

Avril ne tient qu'à un fil

Avril s'abime

Grisé par le grésil

Et le printemps nous promet des jupes courtes comme tes seins pour mes nuits

Avril dans tes yeux

Avril dans la chaleur de ton corps

Avril, fil d'amour.

 

 

 

Posté par Stan Alerion à 15:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 mars 2017

La vie nous dit non.

Une ville inconnue

Ton regard peut être

Le mien qui te cherche

Pas raisonnable on a dit

Tu n'es pas loin, invisible

Tu es si proche de moi

Nous n'avons pas rendez-vous

Cinq heures ici

Cinq heures à portée de sourire

Mais la vie nous dit non

J'aurais voulu juste une minute

Pour que j'emporte ton regard

Une minute pour l'éternité de tes yeux

La vie n'a pas voulu.

 

 

Posté par Stan Alerion à 17:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 mars 2017

Goutte d'amour.

Juste te dire

Qu'après tes baisers

Il me reste la saveur de l'amour

Comme une goutte de pluie

Qui enfermerait en été

Le moment tant attendu de la fraîcheur

Posté par Stan Alerion à 19:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 mars 2017

Tes rêves dans mes rêves.

Soleil de mars

Invitation à l'été

Un étang

Ombre et lumière

Chaleur et douceur

Un chemin capricieux

Ta main dans ma main

Ton âme dans mon âme

S'échapper  du chemin

Un long baiser

Invitation au voyage

Sur un autre chemin

Capricieux et délicieux

Lumière et chaleur

Ton regard

Nos sourires

Tes rêves dans mes rêves.

 

 

Posté par Stan Alerion à 10:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


05 février 2017

Dentifrice.

Épiderme

Pachyderme

Aphrodisiaque

Paranoïaque

Grandiloquent

Délinquant

Sibyllin

Amérindien

Aéronef

Grief

Acrostiche

Hémistiche

Des mots qui viennent

Comme du dentifrice

Quand on appui sur le tube

Malaise obèse

Obsession des circonvolutions.

 

Posté par Stan Alerion à 14:32 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

23 janvier 2017

Tes pensées.

Tes pensées 

S'évadent, caracolent, papillonnent,

Elle s'attardent reviennent repartent.

Pensées caressantes, couleurs chatoyantes,

Elles insistent, imaginent, effleurent

Pensées nues, pensées douces

Elles s'affolent, tourbillonnent, s'encanaillent

Pensées légères, pensées frémissantes

Elles soupirent, respirent, désirent

Pensées solaires, pensées sucrées

Elles rayonnent, irradient, illuminent.

 

 

 

Posté par Stan Alerion à 20:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

16 janvier 2017

17 heures.

17 heures

Tu disparais, tu t'évapores

Retour vers le réel

Voyage au bout de mes pensées

Sinueuses, voluptueuses.

 

Posté par Stan Alerion à 19:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 janvier 2017

Bonne année !

Tiens j'avais ecrit cela en 2015, je vous propose la même chose en 2017!

 

Je vous souhaite du plaisir de la tendresse de l'amour des délices des sourires des orgasmes des couleurs de la musique des beaux textes des dessins des caresses des mots doux des cris de joie des éclats de rire des yeux qui brillent des coeurs qui s'emballent des douceurs des désirs des délires des main dans la main des gourmandises des bisous dans le cou des mots murmurés à l'oreille des fantasmes des extases des yeux dans les yeux des encore des réveils enlacés et plein de choses encore !

Posté par Stan Alerion à 19:44 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

L'oraison de la déraison.

Invité pour prononcer l'oraison de la déraison,

J'araisonne un aviron le onzième jour de l'automne

Et je m'étonne du son de son claque sonne

Alors que son pilote aphone grogne.

Sans que les nonnes ne me désarçonnent,

J'anone un monôme dans l'hygiaphone.

Qu'on me pardonne cette maldonne

Mais la belladone abandonne les madones

Quand les chats ronronnent à Rome.

Avant  qu'Hérode ne dérobe la robe de la bretonne

Sonne le cloche de Castiglione

Et le trombone clame dans le calme.

L'horizon de ma raison  vibrionne

Et la déraison a raison de mon oraison

 

 

Posté par Stan Alerion à 15:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]