Citrons et sucreries

22 septembre 2019

T'aimer au présent.

Je ne suis pas exigeant

Je voudrais juste que tu combles le vide

De toutes celles de tout ceux 

Qui m'ont quitté

Pour un ailleurs

Pour un autre pour une autre

Je voudrais que tu me laisses te dire

Les mots que j'ai oublié de leur dire

Que j'ai eu peur de leur dire

Que je n'ai pas voulu leur dire

Je voudrais que tu me laisses te donner

Les caresses, la tendresse, les sourires, l'amour

Que je ne leur ai pas donnés

Que je leur ai mal donnés

Je voudrais que tu me dises

De t'aimer pour toi

Je voudrais que tu refuses

Que tu m 'accuses

Que tu me récuses

Je voudrais juste t'aimer si fort

Au présent, juste au présent.

 

Posté par Stan Alerion à 15:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


21 septembre 2019

La lumière dans tes yeux

Il aurait fallu qu'il pleuve

Pour que je t'embrasse

Sous une porte cochère

Dans une église

Sous un pont

Mais il a fait soleil

J'ai juste regarder la lumière dans tes yeux.

 

Posté par Stan Alerion à 17:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Aller voir la mer.

En haut d'une colline imaginaire, j'ouvre un parapluie. Des gouttes de pluie, rebondissent, s'écartent de leur route, et toute déroutées par leur déroute explosent en plein vol percutées par d'autres, sures d'elles sur leur chemin rectiligne, appelée à venir s'écraser sur le sol sans perturbation. Pourtant, sur le chemin tout tracé de la goutte de pluie qui doit s'écraser sur le sol, certaines ont croisé un parapluie, d'autre des gouttes écartées du droit chemin. Percussion, nouvel état, fusion, profusion, nouvelle destination, elles tombent dans la rivière. Savaient-t-elles qu'en s'écartant du droit chemin elles iraient voir la mer ?

Posté par Stan Alerion à 15:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 septembre 2019

Lire.

Lire

Lire le même livre

Exactement au même moment

A la même cadence

L'un pas loin de l'autre

Confort et nudité

Se sourire au détour d'une phrase

S'oublier dans les détours de la narration

Et ressurgir dans la réalité

Un rapide regard

Les yeux qui se froncent au même instant

Tourner les pages

Peut-être un éclat de rire

Nos mains qui se frôlent

Sentir un légère irritation

Pourquoi ?

Cette phrase un peu chaotique ?

Me lever en silence

Te voir interrompre ta lecture

Nous servir un verre de blanc

Continuer

Avancer dans la nuit

Ne rien dire

Avoir envie de savoir ce que tu en penses

Mais ne rien dire

Quelques pages encore

Poser le livre

T'aimer

En parler demain matin

Café et croissants chauds.

 

Posté par Stan Alerion à 15:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 septembre 2019

La grive.

L'état mental 

De la grive s'aggrave

Elle s'agrippe à la grève

Rêve d'envol agile

De fragile dégèle

Est-elle frêle ou gracile ?

 

Posté par Stan Alerion à 16:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


04 septembre 2019

Deux trois mots.

Deux trois mots

Un drapeau

Apatride

Une senteur

Une chaleur

Une belle lueur.

Posté par Stan Alerion à 08:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 août 2019

Le reflet des étoiles.

Je ne sais plus où j'ai mis le centimètre carré que j'avais précieusement gardé pour ta collection démesurée. C'est bête, je voulais te faire plaisir. C'est sûrement le chat, il est jaloux. Ou l'alouette pour faire son nid. Ou peut-être que je perds la tête. c'est vrai que je m'entête à me souvenir de tous les épithètes et il n'y a plus de place dans ma tête. Au fait, as-tu vu ce vol d'hirondelles encadrées pas des cigognes l'autre jour. C'est bizarre non ? Depuis le temps qu'elles migrent, c'est la première fois qu'on les voit ensemble ! Ça doit cacher quelque chose non ? Sûrement un bonne surprise. J'ai mis la clé sous la paillasson si tu reviens avant moi. J'ai aussi balayé tous les mots inutiles qui sont tombés dans la cour, mais comme je n'avais pas le courage de les ramasser je les ai aussi mis sous le paillasson Peut-être que si tu as le courage de les trier tu trouveras une deuxième clés. Laquelle ? je n'en sais rien. Je me suis toujours demandé, au niveau du monde entier, y-a-t-il plus de clés ou plus de serrures ? Tu ne crois pas qu'il devrait y avoir un ministère des serrures ? Ceci dit comme d'habitude j'ai laissé la porte ouverte, je ne suis même pas sûr que j'ai mis la bonne clé sous le paillasson. Si tu me rejoins, n'oublie pas d'éteindre la lumière, c'est mieux pour voir l'éclaboussure de la pluie dans le reflet des étoiles.

Posté par Stan Alerion à 15:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Aller vers la lumière.

C'est une sorte de trou

De gouffre

De profondeur

Il y a des branches

Mortes

Ou pas

Et l'on est aspiré

On s'accroche 

On évite la chute

Des branches résistent

Ou pas

Il faut trouver des sortes de marches

Et on remonte un peu

Plus ou moins

La lumière; où est la lumière ?

Il faut aller vers la lumière

Eviter les branches mortes

Avoir assez de force.

Posté par Stan Alerion à 14:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 août 2019

Souffle.

Bien-sur notre étreinte

Cette chaleur

Cette force cette intensité

Bien sur notre étreinte

Nos soupirs

Notre fusion

Bien sur notre étreinte

Notre apesanteur

Notre union puissante fusionnelle fusionnée

Mais ton souffle dans mon cou juste à ce moment là

Ton souffle dans mon cou juste à ce moment là

Posté par Stan Alerion à 15:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Le néant dithyrambique.

Mes pensées virevoltent

Ampère et manque

Éclectique

L'échlésiastique astique l'électronique

Élastique

Statiques statistiques

Ta plastique

Mes tiques

Libertés elliptiques

Antique ou fantastique ?

Héroïque

Érotique

Diptyque

Et je m'endors sur le chemin sinueux qui mène de l'apesanteur infini au néant dithyrambique

 

Posté par Stan Alerion à 14:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]