Citrons et sucreries

11 novembre 2018

Défier le temps.

Pour cela il faudrait que le temps s'arrête

Pour que ce ne soit pas un souvenir

Magnifié ou estompé

Pour que l'intensité hyperbolienne

De cet instant

N'appartienne jamais au passé

Pour que nos sourires

Nos larmes

Nos visages 

Nos corps

Notre sueur 

Nos philtres d'amour

Se figent dans une éternité réelle

Et que jamais nos mémoires défaillantes

N'édulcorent ce moment précis

Où tout rayonne

D'une unicité 

D'une intensité

D'une luminosité

Jamais atteintes

Il faudrait que le temps s'arrête

Et que le chemin continue

Pour que jamais ne cesse

Notre envie de défier

Le temps

Ensemble.

 

Posté par Stan Alerion à 15:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


03 novembre 2018

Et tu m'as dit...

Et mes larmes ont coulé

Et je t'ai serrée dans mes bras.

Je l'ai vu

Rayonnant de ton sourire,

Et je me suis vu, bientôt,

Le regard émerveillé.

Quelques secondes,

Et une émotion si forte, si intense

Qui me revient, qui me bouleverse

Oh ma fille !

Je croyais avoir tout vu, tout vécu

Je croyais avoir vécu mes plus belles émotions

Et tu m'as dit

Tu vas être Papi 

 

 

Posté par Stan Alerion à 13:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 octobre 2018

Résister quand même.

Le problème, c'est que les fascistes arrivent au pouvoir par les élections,  comme avant

Comme avant les fours crématoires

Le problème c'est que les homosexuels sont tabassés dans la rue, comme avant

Le problème c'est que les juifs sont tués dans leurs synagogues, comme avant

Le problème c'est que les migrants sont repoussés de partout, comme avant

Le problème c'est que l'avortement redevient illégal, comme avant

Le problème c'est que tout le monde a peur de l'autre, comme avant

Le problème c'est que les riches sont toujours plus riches comme toujours, 

Le problème c'est que tout le monde fait le dos rond, comme avant

Le problème c'est que la vie aurait pu être belle, mais je n'y crois plus

Le problème c'est qu'il faut résister, quand même !

 

 

 

Posté par Stan Alerion à 14:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 octobre 2018

La couleur des hivers.

Des cimes

Des arbres

Dessine les cimes des arbres

Décime les arbres

Tue nos racines

L'estime des arbres

J'estime que l'on glisse, que l'on se hisse

Vers le néant

A quoi destines-tu les arbres

A quoi destines-tu ton destin

Assassine, assassine

Précipite-nous dans les abysses

Coulisses des précipices sans interstices

Et plus personne ne connaîtra

La couleur des hivers

Qui irradie les délices des printemps.

 

Posté par Stan Alerion à 14:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 octobre 2018

Vivre en paix.

Il faut que je me fabrique

Les clés des prisons

Que je me construis

Il faut que je programme

Mon GPS pour sortir des impasses

Dans lesquelles je m'enferme

Il faut que je brûle les recettes

Que je croyais adaptées

A mon coeur enflammé

Il faut que je me résigne

Il faut que je me surpasse

Il faut que je me dépasse

Le chemin devient si étroit

Qui mène à l'issue finale

Et je n'ai toujours pas trouvé

La bonne carte

Qui me fera sortir de moi-même

Pour vivre en paix.

 

 

Posté par Stan Alerion à 15:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


07 octobre 2018

Montserrat et Freddie

Musique,

Montserrat et Freddie.

Ma main dans ta main,

Nus entre ici et l'imaginaire

Nos pensées portées par la profondeur des sons

Par la légéreté de l'au delà de l'art,

Transportés,

Transposés,

Transpercés.

Nos corps aux sons des voix,

Devoyés

Flottent

Au rythme de nos âmes

Emportées,

Elevées

Epousées.

Nos corps, nos pensées, notre désirs fusionnent dans une apesenteur élégiaque

Pour exploser dans une chorale d'assonances insensées.

 

 

 

 

Posté par Stan Alerion à 15:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 septembre 2018

Chaque nouvelle fois.

Ne me dis pas que l'amour est éternel

Dis moi juste que nous renaîtrons

Après chaque jour

Après chaque nuit

Après chaque été.

Ne me dis pas que je ne me lasserai pas de ton sourire

Dis moi juste que je le découvrirai

Après chaque soleil

Après chaque douceur

Après chaque matin.

Ne me dis que que je connaîtrai ton corps par coeur

Dis moi juste que je le caresserai

Après chaque première fois

Après chaque dernière fois

Après chaque joie.

Ne me dis pas que je te comprendrai à chaque regard

Dis moi juste que je te comprendrai

Après chaque mot

Après chaque sourire

Après chaque je t'aime,

Chaque fois,

Chaque nouvelle fois.

 

Posté par Stan Alerion à 14:45 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 août 2018

Danse légère.

Ta voix te dévoile

Toi si loin des élans zélés

Jamais amusée par les ailes légères

Ta voix te dévoile

Comme une danseuse amoureuse

Si peu soucieuse de l'envol des voiles

Ta voix te dévoile

Naissante, caressante

Invitation, fascination

Ta voix te dévoile

Comme une danse légère

Qui espère, qui espère.

 

 

 

Posté par Stan Alerion à 15:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

15 août 2018

Le chaos du monde

Bateau en fer

La mer si chaude

Et le soleil

Ce pont si chaud

Et ma jambe qui me fait si mal

Maman, Papa sont morts

Violée, torturé en Libye

Et ces odeurs

Et ces cris

Et cette maman qui accouche

Souffrance

Je n'ai jamais vu un bébé mort

Et tous ces marins presque impuissants

Il nous ont sauvés

Pour l'instant

Et le bateau tourne

Un président en vacance dans un fort se fait servir

Opulence

Les fachos s'empiffrent de merguez et de rosé

Urgence indigestion

La samu viendra les sauver

Ma jambe me fait mal

Le bateau tourne

Personne ne veut de nous

A l'autre bout de la mer

Le drapeau est vert

Plages privées

Illusion de la richesse

Les français digèrent la coupe du monde

Et le bateau tourne

Ma jambe me fait mal

Personne pour nous accueillir

Ma jambe me fait mal

Jusqu'au coeur

Jusqu'à la tête

Et le bateau tourne

Le président se baigne

Et son peuple baise

Boit

Mange

Et son peuple a peur de nous

Alors le bateau tourne

Et ma tête aussi

J'ai douze ans

Et je vais mourir

J'ai mal à la jambe jusqu'au fond de mon âme

Personne pour me tenir la main

Le bateau tourne

Je vais mourir avant que quelqu'un veuille de nous

J'ai fui les séquelles de vos guerres

Et vous ne voulez pas de moi

je vais mourir

J'ai douze ans

La bateau tourne

Ma tête aussi

J'aurais aimé vous sourire

J'aurais aimé vous aimer.

 

Posté par Stan Alerion à 14:41 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

31 juillet 2018

Lumière.

Et j'erre doucement

Dans la nuit

A la recherche de ton parfum

Trois notes de musique

Me conduiront

A tes soupirs

A tes silences

Et je m'enivrerai de lumière.

Posté par Stan Alerion à 15:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]