03 mars 2018

Détresse.

Dès que je m'éloigne de tes caresses, Frissonne en moi Comme une détresse, Un vague stress Un vague à l'âme Alarme ! J'ai beau m'enliser dans mes pensées, M'enivrer d'idées éthérées Alzheimeriser la sensualité de tes baisers supposés, Je dérive. Tends moi la main, Tends moi les yeux Laisse moi m'y noyer.      
Posté par Stan Alerion à 16:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

24 février 2018

Un baiser poétique.

Tu mangeais des sushis En dessous chics. Excentrique, Assise sur une table asymétrique Lumière blanche électrique, Musique éclectique. Dans ta main gauche Un livre de poésies alambiquées Composées d'assonances arytmiques Que tu déclames sans hystérie. Un déclic claque, Absence de silence entre deux sons Que rien n'explique, Quelques suppliques laconiques, Un regard elliptique, Quelques sushis partagés, Une mimique, une réplique, Un baiser poétique.    
Posté par Stan Alerion à 17:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 février 2018

Réponse à Sedna.

Il faut juste que je rencontre mes mots J'ai laissé s'évaporer les émotions Se diluer les sons Se faufiler les lettres Et dans ma tête Ne sonnent que l'utile et le quotidien Avec mon bâton de pèlerin Je vais voyager  Au delà du superficiel Pour vous ramener quelques lumières enfouies.    
Posté par Stan Alerion à 10:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
16 décembre 2017

Des mots caresses.

Comment te dire ? Je ne te connais pas. Enfin, si je te connais si bien ! Nous ne nous sommes jamais touchées Autrement qu'avec nos mots. Tant de frissons, tant de douces sensations. Caresses épistolaires, Trouble, Ce trouble si fort et si profond. Nos corps abandonnés aux mots. Sensualité, vertige, Échange d'émotions, Conjugaison de sensualités. Des je t'aime à demi mots, Des reviens moi vite, Des attentes d'écrits, Des mots sourires, Des mots soupirs,  Des mots caresses.  
Posté par Stan Alerion à 14:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 décembre 2017

Ecoute mon coeur

Ecoute mon coeur Impatient de l'heure Où ta chaleur Le mettra en apesanteur. Ecoute le bonheur, Comme une éclatante lueur Dans notre douce torpeur, Bercer nos ardeurs. Admire cette fleur Qui doucement t'effleure Infinie douceur Sensualité majeure.
Posté par Stan Alerion à 18:27 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
25 novembre 2017

Mâtures et voilures.

Es-tu sure que l'azur murmure dans les masures  Au nord des remords et en dehors du corps ? Si le silence comme une stance insistante Désordonne la maldonne de la belladone J'irai sur les chemins des destins incertains Saisir les désirs qu'irise le zéphyr Pour donner au bruit l'ennui de la nuit Alors, le fils des bâtisses métisses Sans accords ni désaccords S'assurera que l'azur susurre dans les mâtures et voilures.  
Posté par Stan Alerion à 20:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 novembre 2017

Ta main dans ma main

C'est plus que ta main dans ma main C'est une force  Une énergie Une promesse Une union sacrée Un langage Une parole Des battements de coeur Des couleurs Une vision Des pas vers l'avenir Des réveils audacieux Des larmes de joie Des sensations inédites Des paroles sans fin Des toujours Des encore Des corps à corps Des illusions jamais perdues Des horizons nouveaux De la déraison De la raison Des rires et des sourires Des je t'aime, des je t'aime à l'infini !      
Posté par Stan Alerion à 14:28 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
05 novembre 2017

Délices de tes interstices.

De vie en vie De fil en aiguille D'idée en idéal D'ethique en dialectique De délire en allitération D'errance en déshérence D'alliance en assonance De désir en plaisir D'éspoirs en espérances De lits en délits D'allumettes en amulettes Je souris aux mots Comme aux délices de tes interstices    
Posté par Stan Alerion à 15:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
05 novembre 2017

Angela Gheorghiu

Moi cela me transporte...loin et vous ? Vous m'accompagnez ?
Posté par Stan Alerion à 14:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 novembre 2017

Dans cent ans.

Je veux Que dans cent ans encore Tu fumes ta cigarette Pas loin de moi Que dans cent ans encore Je m'endorme en tenant ta main Que dans cent ans encore Je te demande si tu as bien dormi Que dans cent ans encore Tu souris de mes mauvais jeux de mots Que dans cent ans encore J'aime ton sourire Que dans cent ans encore Tu me manques Quand tu ne rentres pas à midi Que dans cent encore Je ne sache pas arrêter mon poème Pour te dire tout ce que j'aimerais dans cent ans.      
Posté par Stan Alerion à 13:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]