07 octobre 2018

Montserrat et Freddie

Musique, Montserrat et Freddie. Ma main dans ta main, Nus entre ici et l'imaginaire Nos pensées portées par la profondeur des sons Par la légéreté de l'au delà de l'art, Transportés, Transposés, Transpercés. Nos corps aux sons des voix, Devoyés Flottent Au rythme de nos âmes Emportées, Elevées Epousées. Nos corps, nos pensées, notre désirs fusionnent dans une apesenteur élégiaque Pour exploser dans une chorale d'assonances insensées.        
Posté par Stan Alerion à 15:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 septembre 2018

Chaque nouvelle fois.

Ne me dis pas que l'amour est éternel Dis moi juste que nous renaîtrons Après chaque jour Après chaque nuit Après chaque été. Ne me dis pas que je ne me lasserai pas de ton sourire Dis moi juste que je le découvrirai Après chaque soleil Après chaque douceur Après chaque matin. Ne me dis que que je connaîtrai ton corps par coeur Dis moi juste que je le caresserai Après chaque première fois Après chaque dernière fois Après chaque joie. Ne me dis pas que je te comprendrai à chaque regard Dis moi juste que je te... [Lire la suite]
Posté par Stan Alerion à 14:45 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 août 2018

Danse légère.

Ta voix te dévoile Toi si loin des élans zélés Jamais amusée par les ailes légères Ta voix te dévoile Comme une danseuse amoureuse Si peu soucieuse de l'envol des voiles Ta voix te dévoile Naissante, caressante Invitation, fascination Ta voix te dévoile Comme une danse légère Qui espère, qui espère.      
Posté par Stan Alerion à 15:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 août 2018

Le chaos du monde

Bateau en fer La mer si chaude Et le soleil Ce pont si chaud Et ma jambe qui me fait si mal Maman, Papa sont morts Violée, torturé en Libye Et ces odeurs Et ces cris Et cette maman qui accouche Souffrance Je n'ai jamais vu un bébé mort Et tous ces marins presque impuissants Il nous ont sauvés Pour l'instant Et le bateau tourne Un président en vacance dans un fort se fait servir Opulence Les fachos s'empiffrent de merguez et de rosé Urgence indigestion La samu viendra les sauver Ma jambe me fait mal Le bateau... [Lire la suite]
Posté par Stan Alerion à 14:41 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Lumière.

Et j'erre doucement Dans la nuit A la recherche de ton parfum Trois notes de musique Me conduiront A tes soupirs A tes silences Et je m'enivrerai de lumière.
Posté par Stan Alerion à 15:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
29 juillet 2018

Fraicheur.

Et le soleil Si chaud, si chaud Une source de fraîcheur Une source Une fraîcheur, comme une caresse Nos corps nus, Volupté Volupté de la fraîcheur Bulle de douceur Dans les braises de la fournaise Oasis Bulle de délice Flamme intérieure Incandescence Indécences, évaporation, évanescence Et la chaleur si forte Et la fraicheur de ta peau si douce Et la source si envoutante.
Posté par Stan Alerion à 15:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 mai 2018

Un petit mot.

Un petit mot Si petit Qui déboule Qui roule Qui trouble Se dédouble Puis déroute Puis doute Un petit mot  Pour nous deux.  
Posté par Stan Alerion à 19:35 - Commentaires [9] - Permalien [#]
29 mai 2018

Clin d'oeil.

Arrimé à mon mirage Je m'éloigne du rivage De nos pensées sauvages Vers quel rocher Vais-je accoster Et poser mon sablier Pour qu'enfin nos horizons Trop souvent en suspension S'accordent aux saisons.  
Posté par Stan Alerion à 19:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 avril 2018

Pensées secrètes.

Sur le fil invisible de mes pensées secrètes J'accroche des mots d'amour Que tu viendras chercher Sans bruit A la lueur d'une lune complice.
Posté par Stan Alerion à 19:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
21 avril 2018

Manifeste.

Grisé par un désert en Isère  J' éradique les dramatiques éclectiques Qui sillonnent nos neurones Sans jamais humer le jasmin au petit matin Je déclare les yeux hagards Sans fard ni cafard Que les phrases blasphématoires Même péremptoires Glisseront selon les saisons Vers les versants ascendants Ou les creusets accidentés des animosités éculées Jamais une nuée amusée mais désabusée Ne pourra délimiter l'été des déshérités Partout, les matous tatoués Dénoueront les files des foules Refoulées Et l'harmonie... [Lire la suite]
Posté par Stan Alerion à 15:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]