22 novembre 2020

Covid.

Il m'a rendu visite, j'ai lutté, il m'a terriblement fatigué, mais je l'ai eu et je vais peut être retrouver des mots à vous offrir.  
Posté par Stan Alerion à 14:22 - Commentaires [11] - Permalien [#]

19 septembre 2020

Lumière orangée.

Le déclin décline sur la cime des arbres décimés Alors se dessine comme un hymne désespéré Les ruines de dingues dunes dévolues à l'arachnide déicide.  Partout des hymens fantasques  Envahissent les arcades  des arabesques extatiques Et dans la peine ombre Comme un espoir Surgissent tes voiles sombre Lumineux ici et là Et moi je vois ton âme m'emporter Vers cette lumière douce et orangée  Que personne ne pourra atteindre.  
Posté par Stan Alerion à 14:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 septembre 2020

La sagesse.

J'ai cru que la sagesse Eloignerait la peur du vide, de l'issue, du néant. J'ai cru que la sagesse  Eloignerait les cris, les disputes, la détresse. J'ai cru que la sagesse Me rendrait calme, serein, insouciant. J'ai cru que la sagesse viendrait; Elle reste la muse qui ne m'inspire toujours pas.
Posté par Stan Alerion à 13:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
13 septembre 2020

Cet arbre

Je me rappelle de cet arbre Seul au milieu d'un champ Au détour d'un virage J'aimais cet arbre J'aimais te conduire là bas Parce que j'aimais cet arbre Parce que j'aimais te conduire là bas.  
Posté par Stan Alerion à 14:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 septembre 2020

Dans quoi je sombre ?

Je ne suis pas dans une forme éblouissante. Sur la couverture de mon magazine préféré depuis plus de 40 ans (aie aie aie cela fait peur) les titres suivants: Mali: un échec français; Eolien: attention aux vents contraires; Générations covid: la jeunesse sacrifiée ? Je fais quoi moi avec tout cela ? Je sombre dans quoi ? Dans l'amour ???
Posté par Stan Alerion à 14:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 septembre 2020

Avoir de tes nouvelles.

Je sais que tu attends mes mots Ils sont là dans ma tête Au bout de mes doigts Au bout de mon coeur Au bout de ma peau Pas encore agencés  Pas encore en ordre Trop en désordre Tant de choses en tant d'années Tant d'émotions De caresses de soupirs De sourire D'abandons et d'extases Pour que tu puisses Liberée, les offrir à un autre Puis, les partager à demi mots Puis la musique, La poésie, Les soucis, Les joies, les tristesses, Le poids du passé, Les joies du présent, Et toujours, Toujours ce lien Qui... [Lire la suite]
Posté par Stan Alerion à 15:40 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

24 août 2020

Eclaircie

C'est un peu comme si le vent se calmait Puis une hirondelle surgit Et dans ma tête tout s'éclaircit
Posté par Stan Alerion à 11:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 août 2020

Sac à mots

Sur mon épaule un sac en toile rempli de mots, d'idées, d'émotions, de tendresse, de rage, de sourires, de plaisirs, d'abandon, d'amour, de larmes, de joie, de revoltes, de caresses. J'espère que sur les chemins chaotiques de mes errances, il vont se mélanger, se tordre, s'arranger, s'agencer, s'aimer et quand le moment sera venu de la fin de cette longue marche je pourrai vous offrir quelques sourires.
Posté par Stan Alerion à 17:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 mai 2020

Et nos mains qui se rapprochent.

Et s'il suffisait tout simplement Que nos regards s'effleurent Que sur nos lèvres silencieuses Quelques mots s'esquissent Pour qu'un tourment Doux et lent Chavire lentement Nos corps éloignés Puis un sourire A peine dessiné Un signe de la main  Presque uniquement imaginé Et dans nos corps une tempête  Qui s'agite imperceptiblement Quelques pas lents Tranquilles, presque nonchalants Et nos mains qui se rapprochent.  
Posté par Stan Alerion à 14:45 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
22 mai 2020

Terminus.

Cerveau trop confiné, pas envie de me colleter à l'actualité, toucher, pas toucher, pas d'avis sur les élections pas d'avis sur les postillons, pas d'avis sur les donneurs d'avis juste plonger dans l'absurde de mes mots qui me transportent dans mes délires. Zeste de citrons, reste d'imagination, passion, cornichons. En tirant sur le bouchon j'ai vu passer la mer, au loin tes cheveux frémissaient dans le soleil et le champagne se mit à couler à flot. Défaut, démons, désert. Dès hier j'ai senti passer dans l'air une sorte d'abécédaire... [Lire la suite]
Posté par Stan Alerion à 09:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]