19 septembre 2020

La sagesse.

J'ai cru que la sagesse Eloignerait la peur du vide, de l'issue, du néant. J'ai cru que la sagesse  Eloignerait les cris, les disputes, la détresse. J'ai cru que la sagesse Me rendrait calme, serein, insouciant. J'ai cru que la sagesse viendrait; Elle reste la muse qui ne m'inspire toujours pas.
Posté par Stan Alerion à 13:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

13 septembre 2020

Dans quoi je sombre ?

Je ne suis pas dans une forme éblouissante. Sur la couverture de mon magazine préféré depuis plus de 40 ans (aie aie aie cela fait peur) les titres suivants: Mali: un échec français; Eolien: attention aux vents contraires; Générations covid: la jeunesse sacrifiée ? Je fais quoi moi avec tout cela ? Je sombre dans quoi ? Dans l'amour ???
Posté par Stan Alerion à 14:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 août 2020

Sac à mots

Sur mon épaule un sac en toile rempli de mots, d'idées, d'émotions, de tendresse, de rage, de sourires, de plaisirs, d'abandon, d'amour, de larmes, de joie, de revoltes, de caresses. J'espère que sur les chemins chaotiques de mes errances, il vont se mélanger, se tordre, s'arranger, s'agencer, s'aimer et quand le moment sera venu de la fin de cette longue marche je pourrai vous offrir quelques sourires.
Posté par Stan Alerion à 17:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10 mai 2020

Masques.

C'est curieux comme les masques nous démasquent...  
Posté par Stan Alerion à 15:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
22 avril 2020

Lettre d'un vieux rouge.

Du fond de ma pension je ne comprends plus très bien pourquoi l'on veut faire entrer des ipad dans les ehpad. Pour remplir le vide créé par le covid ? Pour aseptiser mes relations avec mes proches me dit-on. Pour éviter la circulation du virus. Ne pas mourir de solitude et crever dans la sollicitude . Moi je préfère rêver à d'autres latitudes, casser mes habitudes plutôt qu'errer, hébété de mon oreiller à mes mots fléchés vers le néant du corridor qui mène à l'impasse finale. C'est l'impasse finale, groupons-nous et demain...Et... [Lire la suite]
Posté par Stan Alerion à 13:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
08 mars 2020

Espoir.

Il pleut dans la maison allons voir dehors si le chat a retrouvé le livre de Camus qu'il aime tant.  Les grands penseurs ont-ils assez pensé ? Jean Daniel, je me suis nourri de vos écrits Et le monde aujourd'hui ? Je suis orphelin de tant de monde de tant d'idéaux Et des enfants meurent noyés en méditerranée J'ai vécu pour connaître un monde meilleur Et je vieilli dans un désastre humain Qui pourra me faire croire que je quitterai ce monde heureux ?  
Posté par Stan Alerion à 15:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

29 décembre 2019

Tout petit poème.

Sur la route interminable des continents écervelés Une touffe d'herbe regarde la folie du monde.
Posté par Stan Alerion à 15:14 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
25 décembre 2019

Noël Naïf

Je le remets même si je ne le trouve pas très bon, je l'aime bien. Joyeux Noël !!!   Je vais vous avouer Je n'aime pas le bonhomme rouge Et même si je n'y crois pas Je préfère le petit enfant dans la crêche Qui plus tard chassera Les marchands du temple. Pourtant j'ai cédé aussi Au Dieu de la consommation Et j'ai aimé les cadeaux reçus. Et si nous nous etions simplement dit Nous sommes contents d'être ensemble Nos sourires ont plus de valeur Que les produits des marchands.
Posté par Stan Alerion à 09:12 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
28 octobre 2018

Résister quand même.

Le problème, c'est que les fascistes arrivent au pouvoir par les élections,  comme avant Comme avant les fours crématoires Le problème c'est que les homosexuels sont tabassés dans la rue, comme avant Le problème c'est que les juifs sont tués dans leurs synagogues, comme avant Le problème c'est que les migrants sont repoussés de partout, comme avant Le problème c'est que l'avortement redevient illégal, comme avant Le problème c'est que tout le monde a peur de l'autre, comme avant Le problème c'est que les riches sont... [Lire la suite]
Posté par Stan Alerion à 14:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 octobre 2018

La couleur des hivers.

Des cimes Des arbres Dessine les cimes des arbres Décime les arbres Tue nos racines L'estime des arbres J'estime que l'on glisse, que l'on se hisse Vers le néant A quoi destines-tu les arbres A quoi destines-tu ton destin Assassine, assassine Précipite-nous dans les abysses Coulisses des précipices sans interstices Et plus personne ne connaîtra La couleur des hivers Qui irradie les délices des printemps.  
Posté par Stan Alerion à 14:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]