Si l'asymptote de la litote nous pousse au paroxysme idyllique des illusionnistes introvertis, il faudra bien que sur le chemin incertain et lointain des iconoclastes apparentés aux situationistes elliptiques des pâturages imaginaires, l'élégance, l'apparence et la fulgurance des elfes introverties nous conduisent à l'hilarité contenue et néanmoins insomniaque des âmes zélées qui contournent les azalées étonnantes. Dans le cas contraire, la contrariété des désirs esquivés ne pourra que contredire le précepte hydrogéné des alambics silencieux.

Et dans ce cas que ferons nous de nos illusions ?